Rodez : le robot du lycée Monteil écrase la concurrence et se qualifie pour la finale nationale

Deux. Les représentants du lycée Monteil de Rodez n’étaient que deux à défendre leur chance face à l’armada déployée par les 14 autres équipes du Grand Sud Ouest venues, il y a quelques jours, défendre leurs chances au concours de robotique organisé à la Cité de l’espace, à Toulouse. 

Les représentants des 15 équipes venant  de tout le Grand Sud ouest (de la Rochelle à Marseille) se sont retrouvés récemment pour prendre part au concours de robotique organisé par Planète Sciences à la Cité de l’espace à Toulouse.  
Malgré un niveau de compétition toujours plus élevé, le robot présenté par les lycéens de Monteil a réussi à se classer à la première place à l’issue des qualifications. Une première place synonyme de qualification aux phases finales pour les Aveyronnais de Monteil. « Cette année encore la prouesse a été technologique et humaine, explique leur enseignant et accompagnateur Christophe Rieux.  En ce sens le robot a fait sensation sur le stand à Toulouse.  A la remise des trophées, les autorités ont noté la fierté que la coupe reste occitane. Ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps, ont-ils aussi  précisé ». 

Qualifiés pour la finale nationale

« Seuls deux lycéens de première étaient présents au concours, mais ils ont assuré en sachant faire preuve de régularité », poursuit l’enseignant. En effet, partis derniers à la fin de la première série de matchs – dû à un manque d’entraînement certainement, selon leur enseignant –  ils ont remonté au classement au fil de la journée allant même jusqu’à créer la surprise en fin de journée.
 Les deux lauréats ruthénois sont désormais tournés vers la prochaine étape, à  savoir, la finale nationale qui se déroulera à la Roche-sur-Yon, le week-end de l’Ascension. « Sur place, nous allons nous confronter aux 64 meilleures équipes sélectionnées sur tout le territoire national », jubile celui qui sera à leurs côtés pour cette nouvelle aventure. Sans attendre davantage, les deux lycéens plus motivés que jamais se sont remis au travail pour perfectionner leur robot et tenter d’accrocher un podium. Réponse après le 26 mai.

Centre Presse – Publié le 24/04/2022 – Rachid Benarab

IUT. Une médaille d’argent pour des étudiants ruthénois

Enseignement supérieur et formation

Encore une bonne nouvelle du côté de l’IUT de Rodez. Les étudiants de la Licence professionnelle Maintenance de l’Industrie du Futur (MIF) ont participé au Concours national « Je filme ma formation » et ont remporté la médaille d’argent dans la catégorie Campus des métiers. Ce concours était l’occasion de faire connaître au grand public cette formation récente ainsi que « l’industrie 4.0 ». Après plusieurs semaines de réflexion, de travail et avec un esprit créatif, les étudiants ruthénois, ont su proposer une vidéo respectant le cahier des charges du Concours. Cette vidéo (filmée avec un téléphone portable… dans le foyer) porte les valeurs de la Licence pro MIF, montre le dynamisme et l’implication des étudiants et est le parfait exemple du travail collaboratif qui peut être mené au sein de l’IUT.

La Dépêche du midi

Decazeville. Le collège de Bagnac en immersion

Dans le cadre des “Cordées de la réussite”, en lien avec le lycée la Découverte et le Campus des Métiers et des Qualifications d’Excellence Industrie du Futur, les élèves de 4e du collège de Bagnac (Lot) avec la principale Mme Landes ont visité le lycée. Répartis en deux groupes, ces futurs lycéens ont découvert notamment les ateliers de chaudronnerie, d’usinage-outillage, de plasturgie-composites.

Cordées de la réussite

“Les Cordées de la réussite constituent un programme de mise en réseau des établissements pour accompagner les projets d’orientation des élèves. Certains collégiens n’ont pas encore fait le choix de leur orientation ou parfois hésitent. C’est l’occasion de leur faire découvrir des métiers dans l’industrie qui embauchent. C’est également une manière pour le lycée decazevillois de créer des liens et attirer des futurs élèves vers des métiers d’avenir”, explique Patricia Marino, au nom du Campus des métiers.

La Dépêche – Le 11/04/2022 – Correspondant

Decazeville. Les chaudronniers vont fabriquer une boîte à feu

En lien avec Olivier Guiraud, lieutenant, formateur et adjoint au chef de Centre de secours du Bassin, les enseignants et les élèves de l’atelier de chaudronnerie du lycée la Découverte vivent une aventure industrielle et humaine peu ordinaires.

Au courant des compétences du lycée decazevillois et soucieux de réaliser des économies, le SDIS de l’Aveyron a proposé aux professeurs Samuel Gomez et Patrick Alleguède de confectionner “une boîte à feu” qui permet d’entraîner les pompiers qui doivent intervenir au milieu des flammes.

Outil pédagogique

Le projet consiste à transformer un container maritime en boîte à feu fonctionnelle. Pour ce faire, quinze élèves de CRCI 1 (première année de BTS en chaudronnerie) ont pris part à un exercice réel, une expérience peu banale. Puis les enseignants ont relevé les attentes des sapeurs pompiers et établi un cahier des charges dans le but de délivrer l’outil pédagogique de formation incendie souhaité au plus vite.

La dépêche – Le 11/04/2022 – Correspondant

Decazeville. Diffuser les nouvelles technologies : les enjeux

Enseignants et étudiants devant le « Démobus » avec des outils et du matériel d’avant-garde. Photo DDM.

Les qualifications nécessaires du secteur industriel ont évolué avec l’arrivée de ce que l’on appelle la 4e révolution industrielle, nommée aussi industrie 4.0 ou encore industrie du futur.

Le Campus des métiers et des qualifications d’excellence industrie du futur, installé au lycée la Découverte à Decazeville, va dans ce sens, s’impliquant sur le territoire de la Mecanic Vallée pour fournir des dispositifs de qualité, impulsant la transition vers l’industrie 4.0, tout en créant des outils en cohérence avec les besoins du territoire et de ses entreprises.nAssocié au programme d’investissement d’Avenir (PIA 3), le Campus des métiers et des qualifications d’excellence industrie du futur, dans le cadre de l’obtention de sa labellisation « excellence » en 2020, a reçu un financement, débouchant sur 17 fiches actions de grandes ampleurs dont 3 transversales qui sont à l’œuvre sur les 10 prochaines années sur le territoire Lot-Aveyron.

réunions avec des industriels

La fiche 2.1 porte sur la diffusion technologique avec plusieurs journées consacrées à informer les étudiants, les enseignants et les industriels sur les évolutions des pratiques, des compétences et des technologies vers l’industrie du futur.

La première de ces journées a comporté une réunion qui s’est tenue avec des industriels, conscients de ces nouveaux enjeux, et les élèves de chaudronnerie du lycée decazevillois. Puis, les lycéens ont visité le camion « Démobus » de la société ESAB (inventeur de la première électrode de soudage enrobée au monde en 1904), qui attache une importance particulière à l’innovation et au progrès permanents. Enfin, ils ont découvert notamment les nouveaux postes à souder connectés, avec une approche pratique.

Le professeur coordonnateur Stéphane Longueville complète : « Nos élèves en chaudronnerie soudage se sont ainsi familiarisés avec du matériel et des outils de digitalisation au potentiel important. Par exemple, on peut désormais programmer son poste à souder avec son téléphone portable via une application. Je précise que l’un des intervenants et responsables de la société ESAB est un de nos anciens étudiants en BTS chaudronnerie, montrant au passage la qualité de nos formations ».

La Dépêche – Publié le 04/04/2022 – DL

Capdenac-Gare. Fives Machining accueille une classe du collège Voltaire en immersion

Damien Poyard, directeur de recherche, développement, prospection a présenté toutes les facettes de l’entreprise aux élèves. ©DR

La classe de 4e A du collège Voltaire a eu le privilège d’être accueillie chez Fives Machining – Forest Liné Capdenac, pour une découverte approfondie de l’entreprise pendant deux jours et demi. C’est la quatrième année que le collège participe au dispositif « classe en entreprise » de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM).

Se confronter à la réalité du monde de l’entreprise

Les élèves, encadrés par leur professeure principale, Mme David et leur professeure-documentaliste, Mme Stakhovski-Blanc, ont alterné les visites, les rencontres avec les salariés et les cours à l’intérieur de l’entreprise de métallurgie.

Ce projet a pour objectif de permettre aux élèves de découvrir le fonctionnement d’une entreprise et de ses métiers. Dans un même temps, les jeunes ont l’occasion d’élaborer leur projet d’orientation, en confrontant leurs représentations du monde du travail aux réalités de l’entreprise et de ses métiers. L’expérience s’inscrit ainsi dans le « parcours avenir » des élèves.

about:blank

À la suite de cette immersion, chaque jeune va préparer une restitution, qui sera ensuite présentée à Toulouse, le 31 mai prochain, lors de l’Industrie Cup.

Le collège Voltaire tient particulièrement à remercier M. Damien Poyard, directeur de recherche, développement, prospection et M. Xavier Palot, responsable des ressources humaines chez Fives Capdenac, ainsi que tous les salariés de l’entreprise pour leur accueil et leur disponibilité.

La Dépêche – Correspondant – 12/03/2022

AUJOURD’HUI, LES POSTES À SOUDER SONT CONNECTÉS

L’INDUSTRIE DU FUTUR À DECAZEVILLE

Jean-Luc Viargues, Proviseur du lycée professionnel, attentif aux explications techniques © PL

Le Campus des Métiers et des Qualifications d’Excellence est un réseau d’établissements d’enseignement secondaire et supérieur, de centres de formation initiale ou continue. Ce sont 2000 élèves et étudiants de la formation professionnelle et technologique du niveau Bac au niveau Ingénieur qui sont représentés sur le territoire de la Mecanic Vallée.
Le Démobus de la société ESAB était présent, un véritable outil pédagogique complété par une collection importante de poste à souder de toutes catégories. Le but de ces journées portant sur les nouvelles technologies de l’industrie du futur est d’informer les étudiants, les enseignants et les industriels sur l’évolution des technologies futures.
Cette première diffusion technologique a eu lieu au Lycée de la Découverte mardi 8 mars et à porter sur les postes à souder connectés.
Les élèves et professeurs pouvaient s’initier à l’utilisation de ces outils connectés, tant dans l’atelier que dans le Démobus.

Le Petit Journal Aveyron – PL

Figeac. Des femmes de l’industrie en promo au lycée Champollion

Des professionnelles de la Mecanic Vallée ont expliqué leurs parcours et leurs métiers à de jeunes lycéennes. L’occasion de promouvoir des filières encore considérées comme masculines.

Mardi 8 mars, à la salle polyvalente du lycée Champollion, le Campus des métiers et des qualifications d’excellence et Mecanic Vallée organisaient une table ronde réunissant plusieurs professionnelles des entreprises de l’industrie mécanique et une trentaine d’élèves de seconde du lycée, afin d’échanger sur l’orientation et la diversité des métiers proposés dans les entreprises de la Mecanic Vallée, ainsi que des parcours qui y mènent.

Camille Esquerré, cheffe de projets pour Mecanic Vallée, animait cette animation qui s’est ouverte par la présentation des professionnelles invitées. Elles étaient au nombre de cinq, représentant VPM Automation, Lisi Aérospace, Ratier-Figeac, Figeac-Aéro et Fives, elles étaient accompagnées par une élève en génie mécanique de l’IUT de Figeac.

Ces professionnelles et l’étudiante ont échangé longuement avec les lycéennes sur leurs différents parcours et leurs métiers au sein de leurs entreprises. Elles sont responsable qualité système et procédé, ingénieure méthode et R & D, ingénieure avant-projet, etc. Elles ont permis de faire découvrir aux élèves la diversité des métiers existant dans les entreprises de la Mecanic Vallée. Des métiers accessibles à différents niveaux d’études ou après des parcours variés. Une belle manière de répondre aux questions sur l’orientation et de faciliter les échanges entre les mondes scolaire et professionnel.

Lutter contre certains stéréotypes

“L’objectif de ce type d’action, expliquait Camille Esquerré, est de favoriser auprès des jeunes filles, l’attractivité des filières scientifiques et techniques trop peu choisies par les femmes et de susciter des vocations pour les métiers de l’industrie mécanique afin de favoriser la mixité dans ce secteur d’activité et dans ses entreprises”.

Avant de se réunir en table ronde, chaque professionnelle partageait son expérience professionnelle, insistant sur certains points comme l’importance de maîtriser une ou deux langues étrangères, ou l’attractivité de ces métiers de plus en plus tributaires des nouvelles technologies. Il était également question de réalité virtuelle ou augmentée, ce qui semblait intéresser les lycéennes. “Ces métiers de l’industrie sont accessibles à tous, poursuivait Camille Esquerré, mais s’il n’y a plus de freins à lever, il reste encore à lutter contre certains stéréotypes. Ils sont aussi destinés aux jeunes filles, mais on doit mieux les leur faire connaître. Elles semblent fort intéressées et comme les entreprises recrutent, c’est aussi l’occasion de leur offrir de belles perspectives d’avenir. D’autant plus lors de cette période dédiée aux droits des femmes”.

Correspondant – La Dépêche – le 10/03/2022

Figeac. Une semaine de stage inédite pour des collégiens de Masbou

Huit élèves de 4e et 3e Segpa du collège Masbou qui n’ont pas trouvé de stage en entreprise bénéficient toute la semaine d’un stage particulier de découverte des métiers de l’industrie.

Les collégiens de Masbou ont commencé hier leur semaine de stage en découvrant le plateau technique du lycée Champollion à Figeac. DDM JC Boyer

Toujours compliqué, la recherche d’un stage en entreprise s’est révélée impossible dans le contexte sanitaire actuel pour certains élèves du collège Masbou. Un groupe de huit jeunes, quatre en classe de 4è et quatre de 3è Segpa, n’a pas pu trouver un accueil en milieu professionnel cette année. Qu’à cela ne tienne, une alternative originale proposée par le Campus des métiers et des qualifications d’excellence industrie du futur à vu le jour, permettant aux élèves dépourvus de stage de vivre une semaine de découverte dans diverses structures professionnelles et de formation du territoire.

« Il fallait trouver une solution pour ces jeunes. Grâce à nos partenaires, nous avons pu mettre en place cette semaine. C’est une chance pour ces jeunes d’en bénéficier et de pouvoir découvrir les formations et les métiers dits industriels, connus mais aussi beaucoup de métiers cachés, sur un rythme soutenu et diversifié », se félicite la principale du collège Masbou, Stéphanie Bronquart.

Des visites en entreprises et des découvertes de formations

Depuis lundi matin et jusqu’à vendredi après-midi, les huit collégiens suivent un planning chargé rythmé par les visites en entreprises et les découvertes des filières. C’est une semaine de stage de découverte à travers des visites d’entreprises qui nous ouvrent leurs portes dans le secteur de la Mecanic Vallée comme Chassint Peinture, le Leclerc Drive, le CEA de Gramat, les Fermes de Figeac ou encore le Syded de Gourdon. L’idée est de leur montrer l’ensemble des métiers de l’industrie qui recrutent mais aussi de leur présenter les filières et les formations à travers des visites des plateaux techniques du lycée Champollion à Figeac et du lycée la Découverte à Decazeville ou encore le Centre de formation de l’industrie à Cambes », détaille Nathalie Lavaurs, directrice du Campus des métiers et des qualifications, qui encadre l’opération avec Nicole Barbier, ingénieure pour l’école au rectorat de Toulouse. L’opération reçoit un très bon accueil. « Sur ce territoire, nos entreprises ont besoin de ces jeunes formés à ces métiers », rappelle Nathalie Lavaurs. Une première expérimentation de cette semaine de stage particulière avait été menée avec succès l’an dernier. « C’est vraiment une proposition clé en main qui une vraie opportunité pour les élèves », souligne la principale du collège Masbou. Le nouveau dispositif s’inscrit dans l’accompagnement à l’orientation et ouvre de belles perspectives pour les jeunes du territoire dès le collège.

La Dépêche 15/02/2022 – Audrey Lecomte