Lycée de Decazeville. Le partenariat se poursuit avec les Thermes de Cransac

« Depuis une dizaine d’années, une forme de partenariat s’entretient entre le lycée la Découverte de Decazeville et les Thermes de Cransac. Il avait été initié avec Christophe Echavidre, alors directeur des Thermes, et Guy Aldebert, responsable des ateliers du lycée.
© DR

Des étudiants fabriquent donc des produits adéquats. Plusieurs articles ont vu le jour, du sur-mesure pour être parfaitement adaptées aux installations de l’établissement cransacois : diffuseurs de gaz thermal réalisés en composites pour traiter l’arthrose aux genoux ; supports de cataplasme conçus en composites pour traiter l’arthrose au niveau des cervicales ; diffuseurs de gaz thermal réalisés en composites pour traiter l’arthrose au niveau des hanches ; supports de mains confectionnés en plastique (PVC) pour traiter l’arthrose au niveau des mains. Dans un premier temps, les étudiants de licence professionnelle CFAO et les étudiants de BTS Europlastics et composites conçoivent et dessinent les pièces et les moules avec les enseignants Bruno Fabié et Stéphane Longueville.

Puis ils confectionnent les moules avec Jean-Michel Rols et Daniel Guiraudie. Au bout de la chaîne, la fabrication des pièces est assurée par les étudiants de BTS Europlastics et Composites avec Chérif Braïkia et par les élèves de bac pro plastiques et composites sous l’égide de Pascal Courbières.

Ces réalisations représentent des compléments de formation intéressants pour développer les compétences des élèves dans la conception et la fabrication de pièces plastiques et composites ; un exemple concret de ce qui les attendra une fois entrée dans la vie active.

Nicolas Jacquemin, le nouveau directeur qui dirige les thermes de Cransac et qui a succédé à Benoit Livertout, vient de solliciter à nouveau le lycée decazevillois pour la fabrication d’une dizaine de supports de cervicales et de supports de mains.

Mais aussi pour un nouveau projet de diffuseur de gaz thermal pour genoux. Nicolas Jacquemin s’est dit ravi de poursuivre cette entente, très positive pour les deux parties. »

D.L

© Source La Dépêche

L’Optimisation Topologique : une conception mécanique du futur déjà là !

Le CMQ Industrie du Futur est allé à la rencontre de Bruno Fabié, enseignant au Lycée La Découverte à Decazeville et de ses étudiants en Licence Pro CFAO pour nous faire découvrir un cours d’initiation à l’OPTIMISATION TOPOLOGIQUE. Il nous explique en quoi cela consiste et en quoi cette méthode a changé considérablement la manière de concevoir des objets dans l’Industrie.

Bruno Fabié et ses étudiants en Licence Pro CFAO du Lycée La Découverte à Decazeville – Aveyron © Myriam Albouy, Resp. Com’ du CMQ Industrie du Futur

Un peu d’Histoire…

C’est entre 1895 et 1904, qu’Henri Poincaré a fondé la topologie algébrique — alors appelée Analysis Situs. Il publie une série de 6 mémoires révolutionnaires qui entre autres, vont devenir des textes fondateurs dont l’ensemble représente un peu plus de 300 pages de mathématiques exceptionnelles !

Comme vous l’aurez compris, la topologie est une branche des mathématiques et est apparu à la fin du XIXè siècle.

Plus d’un siècle plus tard, le contenu de ces mémoires reste non seulement d’actualité mais constitue un passage obligatoire pour tout apprenti topologue. 

Pour aller plus loin, nous vous invitons à consulter le site, très bien documenté et expliqué d’Henri Paul de Saint-Gervais qui est le nom d’un collectif de mathématiciens. Ce collectif s’est réuni à plusieurs reprises pour étudier les textes de Poincaré relatifs à cette branche des mathématiques. >>>>>>>>>>>>

CONCRETEMENT, qu’est-ce que la TOPOLOGIE ?

Roland Lehouc, Astrophysicien au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, nous éclaire sur le sujet :

Etudiants en Licence Pro CFAO – groupe de travail © Myriam ALBOUY

la topologie en licence pro C.F.A.O.

Le cours pédagogique que nous présentons aujourd’hui, consiste à sensibiliser les étudiants de Licence Professionnelle C.F.A.O. aux nouvelles modélisations et méthodologies de conception de pièces et d’ensembles en fabrication additive métallique appelé OPTIMISATION TOPOLOGIQUE.

Bruno Fabié explique que :

« Cette conception est en rupture par rapport à la conception classique dite fabrication soustractive. »

ZOOM SUR La fabrication additive : une révolution dans la conception de pièces !

Contrairement au processus soustractif d’enlèvement de matière d’une pièce plus grande, les procédés de fabrication additive ou d’impression 3D construisent des objets en ajoutant de la matière une couche à la fois, chaque couche successive étant liée à la couche précédente jusqu’à ce que la pièce soit complète.

Tout comme les outils de Commande Numérique par Calculateur (C.N.C.)1 soustractifs, les technologies de fabrication additive créent des pièces à partir de modèles de Conception et de Fabrication Assisté par Ordinateur (C.F.A.O.)1. La préparation des modèles pour l’impression 3D à l’aide d’un logiciel de préparation d’impression est généralement automatisée, ce qui facilite et accélère considérablement la configuration des travaux par rapport aux outils CNC.

« Ce genre de travail de conception consiste, pour un volume d’encombrement donné, de trouver la répartition optimale de la matière sous des contraintes mécaniques données. Cette méthode, en liaison avec la fabrication additive, permet de fabriquer pratiquement n’importe quelles géométries, de réduire de manière significative  la masse des produits. Cette conception  rappelle des structures synthétiques (Tour Eiffel, Sagrada Familia, etc.) et organiques (nids d’abeille, arbre, structure d’os, etc.), en forme de treillis ou dites structures lattices », précise Bruno Fabié.

Nids d’abeilles © DR
La Sagrada Familia de Antoni Gaudi © Myriam ALBOUY
La Tour de Gustave Eiffel © Myriam ALBOUY

Dans le cadre de cette initiation d’optimisation topologique d’un objet, l’enseignant propose une variété de travaux pratiques aux étudiants tout au long de l’année scolaire.

La vidéo ci-dessous illustre un cas d’étude pratique où les étudiants ont pour objectif de modéliser une chaise en version plane 2D et volumique 3D, en faisant évoluer certains paramètres : gain de matière, position et intensité des chargements mécaniques, zone passive, etc.

© Myriam ALBOUY

Les Industriels séduits par cette méthode de conception et de fabrication

« Cette nouvelle approche de fabrication en passant par ces méthodes de conception 2D (version plane) et 3D (version volumique) suscite ces dernières années l’intérêt croissant dans beaucoup de secteurs industriels (automobile, aéronautique, médical, loisirs,…) qui permet d’une part, de réduire les coûts de productions, d’autres part de développer des pièces plus légères et plus fonctionnelles. » (Bruno Fabié)

En effet, les nouvelles compétences à l’utilisation de logiciels dédiés a permis, par exemple, au constructeur de poids lourds et d’autocars Scania de « réduire de plus de 30 % le poids de ses pièces. De plus, ces simulations réalisées dès la phase de conception ont permis de réduire le temps de développement et d’améliorer la collaboration entre les équipes des services d’ingénierie, de tests et de développement. » © source : Revue technologie n°203 – Dossier spécial Réforme du collège p.18 de Lynda ALLOUACHE et Jonathan VAN RHIJN

Application dans l’univers de la chaussure (sport) © DR
Application dans l’univers de la mécanique © DR
Application dans l’univers de la parfumerie © DR

« Une édition limitée, avant-gardiste d’emballages Lancôme Jasmins Marzipane en impression 3D ».

Une nouvelle technologie qui allie l’excellence technologique et le savoir-faire artisanal. Découvrir l’étude de cas et vidéos associées >


POUR PERMETTRE Des Enseignements innovants et d’avenir pour les apprenants, le CMQ Industrie du Futur participe avec Mecanic Vallée (qui en est le coordinateur) et des partenaires Européens au Projet

3TIndistrie4.0.

IL a pour but de former les enseignants et les formateurs en entreprises aux nouvelles technologies émergentes DE L’industrie du futur.

Fort de son expertise, Bruno Fabié a participé à l’élaboration d’un des modules de formation du projet 3TIndustrie, consacré à l’Impression 3D : la modification topologique.


1 Dispositif de traitement de l’information utilisé pour la commande numérique de machines-outils.

Les nouvelles formations du campus des métiers de Decazeville sous le feu des caméras

Les nouvelles formations du campus des métiers de Decazeville sous le feu des caméras – © Centre Presse

Au cœur de l’action “Tournée des campus” initiée par la région Occitanie, et en partenariat avec le rectorat et la société de production “Pics prod”, le campus des métiers et des qualifications de l’industrie du futur réalise une vidéo d’une durée de 4 à 5 minutes pour promouvoir, et développer, les formations aux métiers d’avenir notamment auprès d’un public de jeunes.

D’abord en immersion dans les ateliers de l’entreprise STS, spécialiste de plusieurs secteurs de pointe comme l’aéronautique, le paramédical…, l’équipe de tournage a orienté les caméras en trois dimensions sur les réalités d’un monde industriel en pleine mutation.

Pour Davy Lagrange, le directeur opérationnel du Campus basé à Decazeville, “les métiers industriels accordent une place toujours plus importante aux outils numériques, de la phase de conception des pièces jusqu’au contrôle, en passant par les différentes étapes de fabrication, les postes de travail sont assistés par des ordinateurs”.

Des évolutions qui ouvrent la voie à de nouvelles perspectives sur de nouvelles formations aux métiers d’avenir.

Un nouveau module de formation

Les caméras à 360° se sont ensuite dirigées vers les ateliers du lycée la Découverte pour percer les secrets de la fameuse machine à impression en 3D qui permet à son utilisateur de créer à peu près tout et n’importe quoi depuis un fichier numérique. “Cette activité déjà utilisée dans des formations existantes est l’un des points forts de notre établissement reconnu dans toute la France, et même à l’international notamment dans le projet 3T industrie 4.0, pour son expertise en ce domaine”, souligne Davy Lagrange.

L’équipe de tournage en présence des responsables du campus, des lycéens et des formateurs. – © Centre Presse

Des salons virtuels

Bientôt, chacun des 12 campus de la Région va proposer une série de 13 rencontres virtuelles pour présenter à son jeune public de quoi seront faits les métiers de demain, “tous les secteurs d’activité y seront représentés, afin que chacun des élèves et lycéens découvre des formations innovantes”.

Source : La dépêche du 11/01/2021

Decazeville : une ville moyenne d’Occitanie où il fait bon étudier !

Réussir ses études supérieures dans une ville moyenne d’Occitanie, comme decazeville, c’est possible !

Infosup est venu à la rencontre de nos étudiants pour comprendre leur choix d’étudier dans une petite ville. Angie qui réalise actuellement une Licence Professionnelle en CAO (Conception Assistée par Ordinateur) au sein de l’IUT de Figeac et du Lycée La Découverte de Decazeville, explique pourquoi avoir fait le choix de poursuivre ses études dans une petite ville, témoigne de sa vie d’étudiante au sein du Campus et de ses projets pour l’avenir.

NB : pour les raisons sanitaires que nous connaissons, nul ne sera surpris d’observer le port du masque des personnes sur cette vidéo.

De la Terre à l’Espace : Des métiers du spatial pourraient t’intéresser !

Le Campus vous invite à découvrir le site nouvellement crée des « Métiers du spatial ». C’est l’occasion de retrouver des métiers tels que :
– INGÉNIEUR / TECHNICIEN INTÉGRATION-ESSAIS
– TECHNICIEN DE LABORATOIRE
– INGÉNIEUR – TECHNICIEN PRODUCTION/FABRICATION
– RESPONSABLE DE GESTION DE CONFIGURATION
etc…
>>> Du Diplôme IUT ou BTS au Diplôme des écoles d’ingénieurs ou Universitaires… des fiches métiers accompagnées de témoignages vous guideront dans votre exploration et trouver votre voie !

cliquer ici >