Figeac. À Champollion, les lycéens méritants mis en lumière


Mercredi 8 juin les lycées Champollion, général et professionnel, mettaient à l’honneur leurs deux mini-entreprises, qui s’étaient une fois de plus distinguées, aux finales régionales. Jusk’Obou finissant sur la deuxième marche du podium et Aerocup, remportant le prix de la créativité. Ceci aux dépens de près de 70 concurrents régionaux.

Élèves, professeurs et partenaires réunis autour du proviseur Arnaud Combet. DDM M.C.

Ce que le proviseur Arnaud Combet saluait avec des mots bien sentis, saluant les « piliers du projet » Nathalie Boyer pour Jusk’Obou et Nicolas Frégeac pour Aerocup, les deux professeurs assistant les élèves sur ces projets. « Mais, ajoutait-il, je ne veux pas oublier les partenaires sans qui nous n’aurions pas pu les porter, notamment Nathalie Chanut et de nombreux chefs d’entreprise qui nous ont bien soutenus. Les mini-entrepreneurs ont fait un travail conséquent, et leurs enseignants sont également à féliciter ».

Chaque professeur responsable faisait ensuite l’historique de son projet, Nathalie Boyer pour Jusk’Obou, un outil pour utiliser jusqu’à la dernière goutte dentifrice et autres pâtes ou sauce en tube, et Nicolas Frégeac pour Aerocup, un petit objet de support décoratif, reprenant la Pierre de Rosette et l’hélice Ratier, une façon de participer à l’événement culturel de l’été figeacois, Eurêka.

Également à l’honneur auprès des mini-entreprises, le club Robotronik animé par Laurent Nonorgues professeur de robotique. « Malgré quelques difficultés à recruter des lycéens passionnés, expliquait-il, notre club est bien vivant. Aux championnats de France de robotique nous avons fini sixièmes sur 70 équipes, malgré quelques petits soucis ».

À son tour, Stéphane Michelet présentait son club BIA (Brevet Initiation Aéronautique), qui vient de créer un simulateur de vol. Ce groupe, d’une quinzaine de lycéens de 2nde, 1re et Terminales travaillent tous les mercredis après-midi sur tout ce qui touche à l’aéronautique, notamment le pilotage, d’où l’idée de ce simulateur de vol.

Mini-entrepreneurs, club Robotronik, Club BIA, autant de groupes d’élèves passionnés, pour beaucoup de futurs ingénieurs, qui font honneur à leur établissement scolaire.

La Dépêche – Publié le 15/06/2022