Decazeville. Une machine sur mesure pour découper les noix

Il n’est pas facile de casser la dure enveloppe des noix sans endommager les cerneaux. Il existe bien des broyeurs de fruits à coques, mais quasiment pas d’appareils permettant de décortiquer les noix et de séparer correctement les cerneaux des coquilles.

Le lycée la Découverte à Decazeville a été approché pour relever un tel défi.

Le client, Rémi Frégeat, est agriculteur à Glanes (46130) et produit entre autres des noix. Il souhaite développer un engin spécifique qui découpe des coquilles de noix sans casser le savoureux contenu, et pour cela il a développé un prototype en bois pour valider son idée. Il a d’ailleurs déposé un brevet sur ce module de découpe.

Ainsi, les étudiants en BTS CRCI (chaudronnerie) du lycée decazevillois ont travaillé pendant 2 ans pour concevoir et fabriquer cette machine appelée « Cutnuts ».

Les étudiants qui ont participé à ce projet sont Damien Restouble, Kélian Guénée, Thomas Delpeyrat avec comme chef de projet Pierre-Henri Smaha. Ils ont été épaulés par leurs enseignants Christian Roche et Stéphane Longueville. Toute l’équipe a collaboré avec les BTS Electrotechnique du lycée Jean-Jaurès de Saint-Affrique qui ont assuré l’automatisation de la découpe encadrés par leur enseignant Olivier Ladoux.

Mise en location dans une coopérative agricole

La semaine dernière, Guy Frégeat est venu valider les essais de découpe dans l’atelier de chaudronnerie du lycée La Découverte.

Pour l’occasion, l’étudiant chef de projet Pierre-Henri Smaha, qui depuis a obtenu son diplôme, était présent pour échanger sur l’aspect technique et financier d’un tel projet. Aujourd’hui, Pierre-Henri vient d’être embauché dans une entreprise de chaudronnerie aveyronnaise et assure une fonction de chargé d’affaires.

Satisfait du résultat, le client envisage de mettre cette machine en location dans une coopérative agricole à disposition des producteurs de noix locaux.

Guy Aldebert, DDFPT (responsable des ateliers) du lycée la Découverte, souligne l’intérêt pédagogique d’un tel projet pour des étudiants de BTS CRCI qui en sortent forcément enrichis.

La Dépêche – Publié le 05/12/2021 DL.

Decazeville. Un challenge à la création d’entreprise

Une initiative vouée à inciter les jeunes à voler de leurs propres ailes en créant leur entreprise a pris corps au Campus des métiers et des qualifications d’excellence où une trentaine de jeunes issus du lycée La découverte de Decazeville et du lycée des Métiers du bois et de l’habitat d’Aubin ont pris part à la première des trois sessions de ce Challenge à la création d’entreprises.

Face à eux, d’anciens élèves issus de formations similaires devenus chefs d’entreprise ont livré leurs témoignages et répondu aux nombreuses questions de l’assemblée.

« Pour créer sa propre entreprise, il n’est nullement besoin d’être le premier de la classe, mais en revanche les porteurs de projets doivent faire preuve de passion pour leur activité et d’une ténacité sans failles pour mettre en avant les qualités, technique et économique, de leurs idées », ont conseillé les chefs d’entreprise aux étudiants scolarisés en BTS. S’adressant aux jeunes, François Marty, le président de Decazeville communauté, et partenaire de cette action, a salué ce dispositif visant à développer la culture de l’entreprenariat, en les encourageant, « vous êtes l’avenir de ce territoire où plein de belles choses restent à réaliser ». Tandis que, de son côté, Jean-Luc Viargues, le président du Campus des métiers, soulignait, « ce bel exemple de synergie entre les organismes de formation et les entreprises installées sur ce territoire ».

Épauler les futurs créateurs

L’objectif de cette première séance étant de sensibiliser les étudiants à la création d’entreprise, puis de leur présenter les dispositifs de soutien développés par différentes structures d’accompagnement comme la pépinière d’entreprises Chrysalis. Les deux prochains rendez-vous, courant décembre et janvier prochains, inviteront les élèves à aller plus loin en détaillant leurs projets avant de le soumettre à un jury qui récompensera trois lauréats en leur remettant des prix d’une valeur de 4 000 €.


La Dépêche – Publié le 04/12/2021 DM

Decazeville : un désherbeur sur mesure pour une agricultrice

Des élèves de BTS du lycée de La Découverte ont inventé un engin conçu spécialement pour la culture des asperges.

Une partie des jeunes à l’atelier et, ci-contre, le désherbeur fixé au tracteur.

Le lycée La Découverte de Decazeville produit de nombreuses et diverses réalisations en chaudronnerie, en outillage ou en plasturgie composites, parfois des prototypes. Les chaudronniers et leurs enseignants ont été particulièrement actifs cette année. Outre les thèmes, c’est-à-dire des commandes à livrer sur deux ans par les étudiants en BTS à la fin de leur cursus scolaire, les BTS première année ont accepté et finalisé une commande express.

Le désherbeur fixé au tracteur.

Pour la saison des asperges

Christian Roche, l’un des enseignants d’atelier, relate : « Madame Solignac, agricultrice à le Verdus Saint-Cyprien (culture d’asperges et vignes), nous a contactés pour la fabrication d’une benne, attelée à un tracteur, pour transporter des bouteilles de gaz et des rampes de chauffe dans le but de désherber les asperges. A partir de son cahier des charges avec les étudiants de BTS 1re année, nous avons conçu un support, appelé « désherbeur », pour deux bouteilles de gaz de 35 kg et deux rampes de chauffe réglables. Ce « désherbeur » vient s’atteler sur les trois points d’un tracteur, l’ensemble a une masse de 220 kg » (photos ci-dessus et ci-contre).

Savoir-faire dans le monde industriel

Après validation de la cliente, les étudiants ont réalisé le support pendant leur formation. Le travail a été rondement mené. Ce désherbeur a pu être terminé et livré pour le début de la saison des asperges (début mars) ce qui était une contrainte importante dans la situation actuelle.

Une dizaine d’étudiants a participé à la préparation et la fabrication du désherbeur. Une fois de plus, le lycée La Découverte apporte la preuve de son savoir-faire dans le monde industriel.

Publication du 28/07/21 – La Dépêche du midi