Figeac. Des femmes de l’industrie en promo au lycée Champollion

Des professionnelles de la Mecanic Vallée ont expliqué leurs parcours et leurs métiers à de jeunes lycéennes. L’occasion de promouvoir des filières encore considérées comme masculines.

Mardi 8 mars, à la salle polyvalente du lycée Champollion, le Campus des métiers et des qualifications d’excellence et Mecanic Vallée organisaient une table ronde réunissant plusieurs professionnelles des entreprises de l’industrie mécanique et une trentaine d’élèves de seconde du lycée, afin d’échanger sur l’orientation et la diversité des métiers proposés dans les entreprises de la Mecanic Vallée, ainsi que des parcours qui y mènent.

Camille Esquerré, cheffe de projets pour Mecanic Vallée, animait cette animation qui s’est ouverte par la présentation des professionnelles invitées. Elles étaient au nombre de cinq, représentant VPM Automation, Lisi Aérospace, Ratier-Figeac, Figeac-Aéro et Fives, elles étaient accompagnées par une élève en génie mécanique de l’IUT de Figeac.

Ces professionnelles et l’étudiante ont échangé longuement avec les lycéennes sur leurs différents parcours et leurs métiers au sein de leurs entreprises. Elles sont responsable qualité système et procédé, ingénieure méthode et R & D, ingénieure avant-projet, etc. Elles ont permis de faire découvrir aux élèves la diversité des métiers existant dans les entreprises de la Mecanic Vallée. Des métiers accessibles à différents niveaux d’études ou après des parcours variés. Une belle manière de répondre aux questions sur l’orientation et de faciliter les échanges entre les mondes scolaire et professionnel.

Lutter contre certains stéréotypes

“L’objectif de ce type d’action, expliquait Camille Esquerré, est de favoriser auprès des jeunes filles, l’attractivité des filières scientifiques et techniques trop peu choisies par les femmes et de susciter des vocations pour les métiers de l’industrie mécanique afin de favoriser la mixité dans ce secteur d’activité et dans ses entreprises”.

Avant de se réunir en table ronde, chaque professionnelle partageait son expérience professionnelle, insistant sur certains points comme l’importance de maîtriser une ou deux langues étrangères, ou l’attractivité de ces métiers de plus en plus tributaires des nouvelles technologies. Il était également question de réalité virtuelle ou augmentée, ce qui semblait intéresser les lycéennes. “Ces métiers de l’industrie sont accessibles à tous, poursuivait Camille Esquerré, mais s’il n’y a plus de freins à lever, il reste encore à lutter contre certains stéréotypes. Ils sont aussi destinés aux jeunes filles, mais on doit mieux les leur faire connaître. Elles semblent fort intéressées et comme les entreprises recrutent, c’est aussi l’occasion de leur offrir de belles perspectives d’avenir. D’autant plus lors de cette période dédiée aux droits des femmes”.

Correspondant – La Dépêche – le 10/03/2022

Les filières scientifiques et industrielles recrutent des filles : on vous laisse écouter !

Retour sur la matinée IndustriELLES que nous avons co-organisé avec Mecanic Vallée le mardi 08 mars au Lycée Champollion de Figeac avec les interviews de Camille Esquerré, Cheffe de projet à Mecanic Vallée et Marianne Pradalier, Directrice des Ressources Humaines chez VPM AUTOMATION – groupe PRACARTIS.

Bonne écoute (© Radio TOTEM) :

Camille Esquerré
Marianne Pradalier

Figeac. Une semaine de stage inédite pour des collégiens de Masbou

Huit élèves de 4e et 3e Segpa du collège Masbou qui n’ont pas trouvé de stage en entreprise bénéficient toute la semaine d’un stage particulier de découverte des métiers de l’industrie.

Les collégiens de Masbou ont commencé hier leur semaine de stage en découvrant le plateau technique du lycée Champollion à Figeac. DDM JC Boyer

Toujours compliqué, la recherche d’un stage en entreprise s’est révélée impossible dans le contexte sanitaire actuel pour certains élèves du collège Masbou. Un groupe de huit jeunes, quatre en classe de 4è et quatre de 3è Segpa, n’a pas pu trouver un accueil en milieu professionnel cette année. Qu’à cela ne tienne, une alternative originale proposée par le Campus des métiers et des qualifications d’excellence industrie du futur à vu le jour, permettant aux élèves dépourvus de stage de vivre une semaine de découverte dans diverses structures professionnelles et de formation du territoire.

« Il fallait trouver une solution pour ces jeunes. Grâce à nos partenaires, nous avons pu mettre en place cette semaine. C’est une chance pour ces jeunes d’en bénéficier et de pouvoir découvrir les formations et les métiers dits industriels, connus mais aussi beaucoup de métiers cachés, sur un rythme soutenu et diversifié », se félicite la principale du collège Masbou, Stéphanie Bronquart.

Des visites en entreprises et des découvertes de formations

Depuis lundi matin et jusqu’à vendredi après-midi, les huit collégiens suivent un planning chargé rythmé par les visites en entreprises et les découvertes des filières. C’est une semaine de stage de découverte à travers des visites d’entreprises qui nous ouvrent leurs portes dans le secteur de la Mecanic Vallée comme Chassint Peinture, le Leclerc Drive, le CEA de Gramat, les Fermes de Figeac ou encore le Syded de Gourdon. L’idée est de leur montrer l’ensemble des métiers de l’industrie qui recrutent mais aussi de leur présenter les filières et les formations à travers des visites des plateaux techniques du lycée Champollion à Figeac et du lycée la Découverte à Decazeville ou encore le Centre de formation de l’industrie à Cambes », détaille Nathalie Lavaurs, directrice du Campus des métiers et des qualifications, qui encadre l’opération avec Nicole Barbier, ingénieure pour l’école au rectorat de Toulouse. L’opération reçoit un très bon accueil. « Sur ce territoire, nos entreprises ont besoin de ces jeunes formés à ces métiers », rappelle Nathalie Lavaurs. Une première expérimentation de cette semaine de stage particulière avait été menée avec succès l’an dernier. « C’est vraiment une proposition clé en main qui une vraie opportunité pour les élèves », souligne la principale du collège Masbou. Le nouveau dispositif s’inscrit dans l’accompagnement à l’orientation et ouvre de belles perspectives pour les jeunes du territoire dès le collège.

La Dépêche 15/02/2022 – Audrey Lecomte

Le Lycée Jean François Champollion se dote d’outils pour calibrer les centres d’usinage 5 axes !

Mardi 25 février, le lycée Jean François Champollion de Figeac réceptionnait un système de contrôle de machine-outil à commande numérique 5 axes. La prise en main par les enseignants a été assurée par M. Lasalle, de la société Optifive .

C’est au travers du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA 3) obtenu par le CMQE Industrie du Futur que le Lycée Champollion de Figeac a pu acquérir du matériel à la pointe de la technologie 4.0 dans le cadre son action 1.4 : Démonstrateur Industrie du Futur – Métrologie collaborative inter-sites.

Cette action a pour volonté de développer de la formation autour de la métrologies et des machines-outil 5 axes. En mutualisant son utilisation dans l’ensemble des établissements scolaires, organismes de formation et des industriels du réseau du CMQE Industrie du Futur, le lycée Champollion ambitionne de devenir un partenaire et d’accompagner ses partenaires dans l’excellence en usinage.

Dans cette perspective, le Lycée Champollion s’est porté acquéreur d’un système de calibration de MOCN (Machine outils à commande numérique) 5 axes : le système de mesure et le logiciel associé permettent de fournir les paramètres de pilotage de la machine. La précision obtenue après optimisation est de 3 µm. La durée de calibration et de paramétrage n’excède pas 30 min. Le système est compatible avec n’importe quelle machine 5 axes, toutes cinématiques et toutes commandes numériques.

Ce matériel, une fois la maîtrise acquise par les enseignants, pourra être transporté sur site, et permettre des démonstrations, aussi bien auprès des centres de formation que des entreprises partenaires désireuses de franchir ce pas technologique.

La formation d’une journée a permis de valider le système sur un centre Mikron UCP 5 axes, et de confirmer sa facilité d’utilisation ainsi que sa rapidité de paramétrage.


Si vous souhaitez des renseignements et/ou si vous souhaitez contribuer au développement de cette fiche action conduite par le Lycée Champollion, nous vous invitons à prendre contact auprès de Laurent HEISER,  Directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques (DDFPT) ou Philippe DELMAS, enseignant SII en ingénierie mécanique du Lycée Champollion.


En savoir plus sur le PIA 3 et l’ensemble des fiches-actions : ici

En savoir plus sur la société Optifive : ici

Decazeville. Les lycéens futurs chefs d’entreprise ?

L’action « Challenge à la création d’entreprise » vouée à inciter les jeunes à voler de leurs propres ailes a pris corps au Campus des métiers et des qualifications d’excellence où une trentaine de jeunes issus du lycée La découverte de Decazeville et du lycée des Métiers du bois et de l’habitat d’Aubin ont présenté leurs différents projets de créations d’entreprises.

Les lauréats du challenge à la création d’entreprise / Photo DR

Face à leurs tuteurs, d’anciens élèves issus de formations similaires devenus chefs d’entreprise, les sept groupes de lycéens ont dévoilé les projets qu’ils verraient bien se concrétiser dans un avenir proche. Trois groupes ont été identifiés par le jury, ils bénéficieront d’un soutien logistique pour aller plus loin dans cette aventure de la création d’entreprise, et seront récompensés de lots d’une valeur de 4 000 € qui leur seront remis dans les prochaines semaines, en fonction des conditions sanitaires.

La Dépêche – Publié le 04/02/2022 – correspondant

HERVÉ DANTON : « TOUTE LA FORCE D’UN RÉSEAU… »

LA MECANIC VALLÉE AU LYCÉE MONTEIL

Le délégué de Mecanic Vallée, Hervé Danton : « Le Campus des métiers est leader d’un nouveau projet européen. » Ici, lors son intervention au lycée Monteil. Crédits : Photo Daniel Escoulen

Hervé Danton, délégué de l’association Mecanic Vallée, qui regroupe en son sein 160 industriels et une quarantaine de partenaires institutionnels et d’organismes de formation, se dit très favorable au « mélange des mondes ». Pour lui, en effet, « la force d’un réseau tient à sa capacité à travailler tous ensemble pour mieux partager la pluralité des savoirs industriels. »

Hervé Danton explique volontiers que la journée technique, organisée le 8 décembre dernier au lycée Monteil par le CMQE Industrie du Futur Occitanie et la PFT CONPIM, participe d’un puissant effet de réseau bénéfique à l’ensemble des partenaires.

« Regroupement de lycées professionnels et de partenaires industriels, le Campus des métiers et des qualifications Excellence (CMQE) Industrie du futur Occitanie a pour effet de mettre en ordre de bataille et en synergie l’ensemble des centres de formations industrielles qui maillent les départements du Lot et de l’Aveyron.

Pour nous professionnels, devait ajouter le délégué de Mecanic Vallée, l’organisation de cette journée technique au lycée Monteil représente une évolution majeure pour le Campus et sa vocation. Des spécialistes sont venus y diffuser des savoirs auprès de personnes volontaires. Cela fait déjà bien des années que nous n’avions pas participé à ce genre d’opération ! Pour un responsable de PME, c’est la seule façon de se former sur un plan technique. »

Le CMQE Industrie du Futurqui accompagne la filière par la formation, l’innovation, le développement économique et social de notre territoire, bénéficie du soutien du Programme d’investissements d’avenir (PIA), programme mis en place par l’État pour financer des investissements innovants, afin de permettre à la France d’augmenter son potentiel de croissance et d’emplois.

D’autres journées techniques ont été programmées à l’horizon 2022, journées sur lesquelles nous reviendrons en temps utile.

Le Petit Journal (Aveyron) – D. Escoulen

ENSEIGNANTS ET INDUSTRIELS FORMÉS AUX TECHNOLOGIES DU FUTUR

LYCÉE MONTEIL : UNE JOURNÉE TECHNIQUE FONDÉE SUR LA TRANSMISSION

Nathalie Lavaurs, directrice opérationnelle du CMQE Industrie du Futur : « Notre réseau englobe les départements du Lot et de l’Aveyron. » Crédits : Photo Daniel Escoulen

Le mercredi 8 décembre, une toute première session de formation autour d’un matériel hautement technologique s’est déroulée au lycée Monteil à Rodez, en présence de professionnels de l’industrie mécanique et d’enseignants du secondaire venus se familiariser avec les dernières innovations technologiques de l’industrie du futur.

Multiples sont les avantages de ce type de matériel conçu pour du transfert technologique.

C’est dire si cette présentation a pu être regardée comme une opportunité.

Elle a permis d’assimiler de nouvelles données, le but étant de faire monter en compétences les apprenants des secteurs de l’industrie – qu’il s’agisse d’enseignants désireux de former leurs étudiants, ou d’industriels, afin qu’eux aussi puissent préparer leurs collaborateurs à investir dans ce type de technologie.

Nous sommes là au cœur de la transmission des savoirs.

De fait, le Campus des métiers et des qualifications d’excellence et la Plateforme Technologique pour la conception de produits industriels en multi-sites organisaient cette journée technique pour que tous puissent être sensibilisés aux usages de la réalité virtuelle et de l’impression 3D.

Au lycée Monteil, la PFT CONPIM est engagée dans l’une des 14 fiches actions du Programme d’investissements d’avenir (PIA 3), pour lequel le CMQE Industrie du Futur a été labellisé en 2020.

Grâce à cette fiche action dédiée, la PFT CONPIM a pu se doter du logiciel de visualisation 3D Weviz et de casques Hewlett Packard pour la réalité virtuelle.

Ce matériel permettra la réalisation de projets collaboratifs en distanciel entre le lycée Monteil et le lycée La Découverte de Decazeville.

Nathalie Lavaurs, qui assure la direction opérationnelle du CMQE dans cette nouvelle étape de Mecanic Vallée, a ouvert la journée, avant que Patrick Calmels, enseignant-animateur, ne présente la réalité augmentée et l’impression 3D au sein de la PFT CONPIM.

Le Petit Journal (Aveyron) – D. Escoulen

Decazeville. Une machine sur mesure pour découper les noix

Il n’est pas facile de casser la dure enveloppe des noix sans endommager les cerneaux. Il existe bien des broyeurs de fruits à coques, mais quasiment pas d’appareils permettant de décortiquer les noix et de séparer correctement les cerneaux des coquilles.

Le lycée la Découverte à Decazeville a été approché pour relever un tel défi.

Le client, Rémi Frégeat, est agriculteur à Glanes (46130) et produit entre autres des noix. Il souhaite développer un engin spécifique qui découpe des coquilles de noix sans casser le savoureux contenu, et pour cela il a développé un prototype en bois pour valider son idée. Il a d’ailleurs déposé un brevet sur ce module de découpe.

Ainsi, les étudiants en BTS CRCI (chaudronnerie) du lycée decazevillois ont travaillé pendant 2 ans pour concevoir et fabriquer cette machine appelée « Cutnuts ».

Les étudiants qui ont participé à ce projet sont Damien Restouble, Kélian Guénée, Thomas Delpeyrat avec comme chef de projet Pierre-Henri Smaha. Ils ont été épaulés par leurs enseignants Christian Roche et Stéphane Longueville. Toute l’équipe a collaboré avec les BTS Electrotechnique du lycée Jean-Jaurès de Saint-Affrique qui ont assuré l’automatisation de la découpe encadrés par leur enseignant Olivier Ladoux.

Mise en location dans une coopérative agricole

La semaine dernière, Guy Frégeat est venu valider les essais de découpe dans l’atelier de chaudronnerie du lycée La Découverte.

Pour l’occasion, l’étudiant chef de projet Pierre-Henri Smaha, qui depuis a obtenu son diplôme, était présent pour échanger sur l’aspect technique et financier d’un tel projet. Aujourd’hui, Pierre-Henri vient d’être embauché dans une entreprise de chaudronnerie aveyronnaise et assure une fonction de chargé d’affaires.

Satisfait du résultat, le client envisage de mettre cette machine en location dans une coopérative agricole à disposition des producteurs de noix locaux.

Guy Aldebert, DDFPT (responsable des ateliers) du lycée la Découverte, souligne l’intérêt pédagogique d’un tel projet pour des étudiants de BTS CRCI qui en sortent forcément enrichis.

La Dépêche – Publié le 05/12/2021 DL.

Decazeville. Un challenge à la création d’entreprise

Une initiative vouée à inciter les jeunes à voler de leurs propres ailes en créant leur entreprise a pris corps au Campus des métiers et des qualifications d’excellence où une trentaine de jeunes issus du lycée La découverte de Decazeville et du lycée des Métiers du bois et de l’habitat d’Aubin ont pris part à la première des trois sessions de ce Challenge à la création d’entreprises.

Face à eux, d’anciens élèves issus de formations similaires devenus chefs d’entreprise ont livré leurs témoignages et répondu aux nombreuses questions de l’assemblée.

« Pour créer sa propre entreprise, il n’est nullement besoin d’être le premier de la classe, mais en revanche les porteurs de projets doivent faire preuve de passion pour leur activité et d’une ténacité sans failles pour mettre en avant les qualités, technique et économique, de leurs idées », ont conseillé les chefs d’entreprise aux étudiants scolarisés en BTS. S’adressant aux jeunes, François Marty, le président de Decazeville communauté, et partenaire de cette action, a salué ce dispositif visant à développer la culture de l’entreprenariat, en les encourageant, « vous êtes l’avenir de ce territoire où plein de belles choses restent à réaliser ». Tandis que, de son côté, Jean-Luc Viargues, le président du Campus des métiers, soulignait, « ce bel exemple de synergie entre les organismes de formation et les entreprises installées sur ce territoire ».

Épauler les futurs créateurs

L’objectif de cette première séance étant de sensibiliser les étudiants à la création d’entreprise, puis de leur présenter les dispositifs de soutien développés par différentes structures d’accompagnement comme la pépinière d’entreprises Chrysalis. Les deux prochains rendez-vous, courant décembre et janvier prochains, inviteront les élèves à aller plus loin en détaillant leurs projets avant de le soumettre à un jury qui récompensera trois lauréats en leur remettant des prix d’une valeur de 4 000 €.


La Dépêche – Publié le 04/12/2021 DM

Figeac. « Au crible de la science » pour des lycéens

Lundi 22 novembre les élèves du lycée Champollion de 1ère et 2nde année de BTS Systèmes Numériques et leur enseignant Stéphane Michelet ont eu la chance d’accueillir deux intervenantes extérieures : Catherine Thèves, chercheure au CNRS et Sophie Chaulaic, journaliste scientifique, dans le cadre de l’émission « Au crible de la science » proposée par Quai des Savoirs.

Au premier plan les élèves et en arrière-plan les intervenants du débat © La Dépêche

Au programme de cette rencontre, une discussion autour de l’intelligence artificielle (IA) dans tous ses aspects. Les élèves ont pu demander tout ce qu’ils ont toujours voulu savoir autour de ce sujet, que ce soit en termes de philosophie, de prédiction sur le futur ou même de questions techniques. Toutes leurs questions ont été enregistrées, et seront rapportées à des chercheurs spécialisés, qui y répondront dans des podcasts audios. En Mars, après publication des podcasts, le chercheur et les classes se rencontreront pour discuter des réponses apportées dans les podcasts et débattre.

Ces podcasts sont faits avec et pour les lycées et leurs enseignants, et sont à retrouver sur le média en ligne Exploreur de l’Université Fédérale De Toulouse.

Les podcasts de la première saison sont disponibles au lien suivant exploreur.univ-toulouse.fr/le-podcast-au-crible-de-la-science

Le Dépêche – Publié le 29/11/2021